Retour

 Alberto Abreu - Je suis à la disposition de l'U.E.S.M.


   Il avait déjà amorcé un retour à l'UESM la saison dernière puisque, dans le cadre d'un accord passé entre le club et la Ville de Montmorillon, son employeur, Alberto participait activement le mercredi après-midi à l'entraînement des jeunes. On l'avait même vu en fin de saison accompagner les benjamins le samedi lors de leurs dernières rencontres.

   Il a donc décidé de raccrocher ses gants de gardien qu'il avait remis à contribution cette année à Chauvigny, pour enfiler son sweet tout neuf de membre à part entière de la commission technique de l'UESM. 


  
La boucle est bouclée

   Un sacré parcours que celui d'Alberto Abreu. Né le 27 octobre 1964 à Argenteuil, il jouera d'abord à Saint Gratien jusqu'en minimes au poste... d'avant-centre. Avant de se retrouver au Racing Club de France à Paris sous la férule de Lawnizack qui le fait jouer dans la cage. En 1981, durant l'intersaison, il signe à Reims, club où il sera aspirant jusqu'à stagiaire 3ème année. En 1986, il décroche un contrat professionnel en tant que second gardien, au C.S. Cuiseaux-Louhans alors pensionnaire de 2ème division nationale. Il y restera deux ans. Mais en raison de problème de santé, ne participera qu'à cinq matchs durant cette période.

   En 1988, Claude Joseph Thomas, alors président de l'UESM, répond à une petite annonce parue dans France Football et recrute ainsi Alberto Abreu. L'UESM est alors en DH et ambitionne de retrouver le niveau national rapidement.

   Dès son arrivée, Alberto découvre une ambiance toute particulière. Un état d'esprit qu'il n'avait connu dans aucun autre club auparavant. Ce mélange de franche fraternité, d'absence de stress et sans doute de bons résultats obtenus, fait qu'il a le sentiment d'avoir trouvé "son" club. En 90, sous la houlette d'Eugénius Wiencierz, il est acteur de la montée en 4ème division nationale (photo ci-dessous). 


   Il restera six saisons à Montmorillon. Cette période sera cependant entrecoupée par une "escapade" en terre parisienne. En 1991-92, attiré par une proposition alléchante de joueur-entraîneur à Maisons-Laffitte, Alberto retrouve la capitale où l'attend un job à priori intéressant dans un magasin d'article de sports de marque. Il va cependant rapidement déchanter et... revenir à Montmorillon six mois plus tard. Son départ avait semé la confusion à l'UESM, son retour ne sera pas plus facile à gérer car entre temps, il aura bien fallu trouver un gardien de remplacement. "Je n'ai pas toujours fait des choix heureux.", avoue Alberto, "A commencer par mon départ de Reims qui n'était sans doute pas une bonne décision. J'ai été sans doute aussi trop naïf en quittant l'UESM pour Maisons-Laffitte..." 

   A cette période, l'UESM est en difficulté. L'équipe fanion redescend en Division d'Honneur (1992) puis en Promotion d'Honneur (1993). Après six années passées sous les couleurs des macarons, l'entraîneur (titulaire du Brevet d'État 1° degré) qui sommeille dans Alberto a envie de changer de cap. Il prend les rênes de l'équipe 1 de Verrières alors en PH. A Montmorillon, d'aucun lui garderont rancœur bien longtemps pour ce départ. Peut-être aussi parce qu'il conservera les gants de gardien en même temps que ses fonctions d'entraîneur. 

   En 1998, après une nouvelle blessure, Alberto part pour Chauvigny. Il coachera (mais toujours en jouant) l'équipe B avec pour objectif de la faire monter en 1ère division. Mission accomplie en deux ans. En 2000, l'équipe A accède à la DHR. Alberto y reprend du service dans les cages pour une saison. Son rôle sera essentiel et il contribuera pour beaucoup aux bons résultats obtenus : USC terminera quatrième du groupe devant l'UESM.

   "Je savais que je reviendrais un jour à l'UESM. Lorsque je suis parti à Verrières puis à Chauvigny, je savais que c'était pour une durée limitée." A bientôt 37 ans, Alberto est sans aucun doute ravi de retrouver le club qui l'a accueilli en 1988. "Maintenant, la boucle est bouclée." Ajoute t-il.



  
Au service du club

   "Si le club me le propose, je suis prêt à assurer l'encadrement technique d'une catégorie de jeunes. Peut-être les benjamins. La saison passée, je les entraînais le mercredi après-midi. A l'avenir, je pourrai aussi être avec eux le samedi. C'est important de les suivre aussi lors des rencontres. Les benjamins sont vraiment dans une catégorie charnière où l'encadrement doit être de bon niveau."

   "Ceci étant, je donne aussi un coup de main pour les poussins. Je continuerai à faire du spécifique gardien. Je ferai travailler la technique aux jeunes gardiens. Ils doivent prendre de bonnes habitudes et surtout travailler leur concentration. Avec Daniel Jiptière, nous serons complémentaires et ce sera très bien".

   Il serait en effet dommage de se passer de l'expérience d'Alberto dans ce domaine. Mais ce dernier n'a pas négocié son retour à l'UESM. Il ne l'a assorti d'aucune condition particulière. "Je serai à la disposition du club. Si, en plus de mon rôle à l'école de foot, on a besoin de moi en tant que gardien pour dépanner une équipe, je serai là. Si on me demande pour aider une équipe senior, je serai prêt."

   "L'UESM c'est mon club !". Alberto n'est pas de ceux qui exhibent ses sentiments à tout le monde. Il parle toujours avec beaucoup de retenue, presque froidement, et dans ses paroles, il n'est pas toujours facile d'y déceler de l'émotion. Alors, c'est Christelle son épouse, celle qui le connaît le mieux, qui parle pour lui. "Lorsqu'il est venu jouer avec Chauvigny à Montmorillon, ça a été terrible pour moi d'entendre les sifflets et les huées de ceux qui étaient si près de lui il y a quelques années.", s'insurge t'elle. Lui, il prend ça avec philosophie. Il en a vu d'autres... Depuis 30 ans qu'il arpente les terrains de foot...

   Il en a vu d'autres, certes, mais au fond de lui même, il voudrait encore reconquérir le cœur des Montmorillonnais. Parce qu'il sait bien que certains lui reprocheront longtemps d'avoir laissé tomber l'UESM il y a quelques années. Les autres, le plus grand nombre, connaissent bien la valeur de "Bébert". Ils apprécient, à l'instar du bureau de l'UESM, président en tête, qui se félicite de le voir partager son talent avec les futures générations.


Deux ex-pros : Alberto Abreu et Bruno Mantecon aux côtés de Patricia Durand en 1990, à l'heure de la montée en 4° division. 

.

Une famille de footballeurs

"Votre père était bien meilleur footballeur que vous tous !" lanceront des anciens qui l'ont connu jeune aux enfants Abreu. Joaquim Abreu apprendra le foot au FC Porto, excusez du peu. Il aurait pu faire une carrière professionnel, mais dans les années 50 au Portugal, il était fréquent de rester dans sa région pour y gagner sa vie. Pourtant, une fois arrivé en France, en 1960, et malgré son encore jeune âge (25 ans), il ne souhaitera pas signer dans un club. Il jouera en corpo, à Rhône-Poulenc. Une carrière de footballeur certainement gâchée par les conditions économiques de l'époque. Mais il aura quand même le temps de passer le virus à ses cinq garçons.



Aujourd'hui, Armando (notre photo) est entraîneur à Fougères en Bretagne d'un club qui évolue en DHR. Il jouera au Red Star en D2 et en D3 et au Racing Club de France (D3). 
A noter qu'Armando organise des stages foot-loisirs pour les jeunes. >>> Pour en savoir plus vous pouvez consulter son site web



José
est entraîneur à Ermont en région parisienne (DH). Il jouera à Poissy en D2.


Manuel (photo ci-contre) vient de prendre la relève de Ladislas Losano à la tête de Calais (National). Avant d'être entraîneur, Manuel Abreu avait atteint le niveau européen en participant notamment à la Coupe d'Europe avec le PSG (1983-84). Né en 1959 à Fafe (Portugal), il officiera successivement au Red Star (1977-1978), à Poissy, au stade de  Reims, au P.S.G., à Nancy, à Braga (Portugal) puis à Quimper. Devenu entraîneur, il rejoindra l'équipe de Reims avec bonheur, lui permettant de monter de CFA 2 en National (2000).


Alberto est à Montmorillon. Et c'est un honneur pour nous.


Sergio, le petit dernier, est le seul joueur encore en activité. Il joue à Varzim en 1ère division du Portugal. Auparavant à Braga, il avait lui aussi participé à la Coupe d'Europe. Lui aussi sera passé par le Racing.
.

Dernière mise à jour : 04-09-2009 10:17


   
© UESM - 2000-2001